Azad

Azad

Il y a si peu de donneurs ayant d’autres origines, et donc peu d’aide si ma famille tombe malade.

Azad Yildirim né en 1995 en Belgique, élevé à Nevele, habite maintenant avec sa famille à Deinze, mais pendant la semaine, il est en kot à Gand. Il est en première année de Droit à l’Université de Gand. En août 2018, il s’est inscrit comme donneur de cellules souches. Et c’est une bonne chose, car des donneurs comme lui, d’origine turque, il en manque. Les parents d’Azad viennent du sud-est de la Turquie. La famille s’inquiète du manque de connaissances autour du don de cellules souches. « Les gens ne savent pas ce que c’est, ou à quoi ça correspond », confie Azad. « Je ne le savais pas non plus avant d’être contacté par la Croix-Rouge. Il est difficile de se rendre compte qu’il y a si peu de donneurs ayant d’autres origines et qu’il y a donc peu d’aide disponible si moi-même ou un membre de ma famille tombions malade. Voilà où nous en sommes sur le plan médical. Il suffit de nous inscrire comme donneur pour faire une grande différence. Un petit geste qui a une importance énorme. »

« Chapeau »

« Je suis content d’avoir pu apporter ma pierre à l’édifice en m’inscrivant comme donneur de cellules souches. Je trouve que c’est un beau geste : je peux aider d’autres personnes qui vivent à mes côtés, en faisant un tout petit effort. Et pour moi aussi, c’est une bonne chose. Je peux très bien tomber malade demain et avoir moi-même besoin de cellules souches. » Azad espère pouvoir convaincre des amis d’origine étrangère et des membres de sa famille de devenir donneurs. « Quand j’ai raconté à 2 de mes meilleurs amis, tous deux d’origine marocaine, que je m’étais inscrit comme donneur de cellules souches, ils ont dit : ‘Chapeau’. Et quand je leur ai expliqué pourquoi je l’avais fait, ils se sont immédiatement montrés enthousiastes à l’idée de le faire aussi. »

Destination des cellules souches

« Je crois qu’il est aussi important d’expliquer ce qu’il advient des cellules souches », affirme Azad. « Je pense que les personnes d’origine islamique, par exemple, trouvent important de savoir exactement qui elles aident quand elles partagent une partie de leur corps. Pour moi, cela ne change rien. C’est toujours bien d’aider son prochain, qui que ce soit et quelles que soient ses origines. »

×

      Les sites web de Rode Kruis-Vlaanderen utilisent des cookies qui servent à faciliter au mieux vos visites. À cet effet, nous installons des cookies nécesssaires et techniques qui sont nécessaires au bon fonctionnement de ces sites web, ainsi que des cookies analytiques et de publicités pour mesurer et améliorer l’utilisation générale des sites web. En poursuivant la navigation sur nos sites web, vous acceptez politique en matière de Cookies.

          Les cookies nécessairess sont nécessaires au bon fonctionnement de ces sites web. Vous ne pouvez pas refuser ces cookies. En poursuivant la navigation sur nos sites web, vous acceptez les les cookies nécessaires

          Nous utilisons des cookies à des fins fonctionnelles. Cela signifie que ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement de nos sites web. Ces cookies identifient et enregistrent vos préférences (de langue) et enregistrent votre acceptation de cookies.

          Nous utilisons des cookies à des fins analytiques. Ces cookies collectent des informations sur les données techniques de l’échange ou sur l’utilisation des sites web (pages visitées, durée moyenne de la visite...), afin d’en améliorer le fonctionnement. À cet effet, nous faisons appel à Google Analytics (conformément aux Google Analytics Terms of Use : https://www.google.com/analytics/terms/us.html).

          We gebruiken cookies voor advertising. Deze cookies geven ons statistieken (die niet herleidbaar zijn tot individuele gebruikers) om onze online communicatie over en werving voor onze activiteiten op diverse kanalen te verbeteren en af te stemmen op maat van jouw behoeften. Door deze cookies te aanvaarden, aanvaard je ook het gebruik van Facebook-pixel.